Recherche

Commandes & Abonnements

Accueil / CDoc / Recensions / Pratiques de réussite pour que la maternelle fasse école

On fait beaucoup de choses dans les classes maternelles, mais est-ce que toutes ces pratiques font école pour tous ? On sait que non. Christine PASSERIEUX et ses collègues du GFEN ont rassemblé dans ce livre des pratiques qui luttent contre la reproduction par l’école des inégalités sociales.

Le livre propose des activités qui touchent différents temps, différents espaces et différents objets d’apprentissage, car à l’école maternelle « chaque instant fait l’objet d’apprentissage ». On est loin des ouvrages du type outil, avec des fiches à photocopier en annexe. Le niveau de langage est celui de professionnels de l’enseignement engagés, qui ont une démarche réflexive et l’habitude de travailler de manière collective. Ils font référence à des recherches et à des auteurs qui enrichissent et justifient leurs démarches.
Chaque activité propose des situations avec des objets d’apprentissage clairement identifiés, avec comme préalable «  être élève ce n’est pas obéir à la maitresse (ou lui faire plaisir), mais se mettre en situation de réfléchir sur son environnement pour le comprendre et non le subir ».
Comment soigner la première entrée à l’école sachant que ce premier contact aura un impact sur l’entrée de l’enfant dans les apprentissages ? Comment vivre les rituels (jours de la semaine, présences, météo…) pour qu’ils soient «  un temps de construction d’un rapport à l’école où les enfants, devenant élèves, apprennent à comprendre ensemble la fonction de l’école, le rôle du groupe et de chacun dans le groupe, comment on apprend et ce que cela permet ».
Le statut de la consigne, parole scolaire par excellence, texte dense où chaque mot est important, porte d’entrée dans l’activité ou porte close qui clouera l’élève dans l’action sans compréhension, est, ici, mise en lumière par une réflexion et des propositions pédagogiques.
Tout au long du livre, les différents auteurs titillent les évidences de la culture scolaire et proposent aux élèves des situations, partant d’une simple question ou avec une longue séquence d’apprentissage, pour lever les implicites qui mènent à l’incompréhension. Passer du faire à l’apprendre, en lecture comme en gymnastique, avec un travail langagier, avec le groupe.
Ce livre peut aider à donner du sens au métier d’enseignant pour que les élèves ne s’agitent plus dans tous les sens, et qu’on n’en perde plus la moitié en chemin.

Sous la direction de Ch. PASSERIEUX, Pratiques de réussite pour que la maternelle fasse école, Chronique sociale-GFEN, 2011.