Recherche

Commandes & Abonnements

Accueil / CDoc / Recensions / L’enseignement en Communauté flamande (1988-2013)

Il en va de l’enseignement en Flandre comme pour le reste de la culture du nord du pays : le citoyen fran- cophone ignore le quart de la moitié de ce qui s’y passe. Ce dossier du Crisp entend combler cette lacune dans le domaine des politiques éducatives menées en Flandre depuis la communautarisation de 1988.
Les deux premiers chapitres du dossier sont consa- crés à un bref rappel historique et à l’organisation de l’enseignement en Communauté flamande. Même si globalement le francophone peut s’y retrouver aisément dans ces deux parties, notons ici et là des différences notoires par exemple le maintien d’un seul ministre compétent pour l’ensemble des niveaux, le caractère plus contraignant des objectifs terminaux (eindter- men), le fait que près de 70 % des élèves sont scolarisés dans le réseau libre subventionné ou encore le fait que peu de conflits sociaux ont traversé l’enseignement fla- mand ces 25 dernières années et qu’il n’y ait pas eu de problèmes budgétaires majeurs.
Le troisième chapitre est le plus fourni et se centre sur les trois principales et récentes politiques éduca- tives flamandes : le contrôle de la qualité, l’interna- tionalisation et l’égalité des chances, ce qui bien sûr a retenu davantage notre attention. Nous partageons les mêmes racines constitutionnelles, quasiment les mêmes structures et dès lors les mêmes maux : même si les enquêtes internationales délivrent régulièrement un meilleur bulletin à la Flandre, la politique d’égalité des chances est largement pointée du doigt. Nous pouvons facilement identifier les causes structurelles, car iden- tiques aux nôtres : une liberté d’enseignement entrai- nant un quasi-marché scolaire, de fortes ségrégations, des choix précoces... causes renforcées par le fait que la compétition est même encouragée en Flandre !
Les autorités flamandes ne sont pas restées inac- tives. Un décret relatif à l’égalité des chances en édu- cation (GOK) voit le jour en 2002 et repose sur trois piliers encore bien présents : un droit à s’inscrire dans l’école de son choix avec un système de priorités, une politique de soutien complémentaire intégrée et la création de plateformes interréseaux de concertation locale (LOP). Avec quelle évaluation ? Un peu comme chez nous en ce qui concerne les politiques compen- satoires : « Aujourd’hui encore, la question de savoir si cette politique GOK a porté ses fruits, demeure » (p.49), ce qui annonce à court terme une évolution probable du mode financement de l’enseignement obligatoire.
Plus récemment, le redoublement massif, les filières de relégation et le fait que de nombreux jeunes sortent de l’école sans diplôme ont donné lieu à une volonté de réformer en profondeur l’enseignement secondaire (réforme approuvée en juin 2013 pour progressivement être mise en œuvre en 2016). Ce masterplan qui pré- voit notamment l’élargissement du premier degré et la suppression des filières a cependant politiquement déjà du plomb dans l’aile…
Le dernier chapitre présente trois problématiques actuelles auxquelles est confronté le monde éducatif flamand : Bruxelles (la capitale de la Flandre toch !,
TRACeS de ChanGements 215 mars & avril 2014
avec sa complexité politicolinguistique, un contexte économique polarisé et son explosion démographique), le port du voile et la féminisation toujours croissante du personnel enseignant.
Il est intéressant d’observer ce « frère jumeau » : certes depuis 25 ans, les politiques éducatives fla- mandes ont suivi leur propre chemin et les divergences sont bel et bien présentes dans une Flandre considérée comme un exemple d’économie de marché sociale de tendance néolibérale (p.97). Mais par ailleurs, face à un système scolaire qui renforce les inégalités sociales et dans un contexte de pression internationale de fixa- tion d’objectifs efficaces et de performance, la Flandre se débat dans les mêmes paradoxes et tensions que chez nous.
Bref, pour comprendre et agir dans le domaine des inégalités sociales et scolaires en Fédération Wallonie- Bruxelles, un détour chez nos voisins du Nord est inté- ressant à plus d’un titre.
k P. Fannes, B. Vranckx, F. Simon et M. Depaepe, L’enseignement en communauté flamande, CRISP, Courrier hebdomadaire, n° 2186-2187, 2013.