Recherche

Commandes & Abonnements

Accueil / En Mouvement / Affiches / Des affiches pour lutter contre l’échec scolaire

Au commencement, il y a eu 4 jours pour Faire Fortement Mouvement [1]. Quatre journées pendant lesquelles des militants et des permanents, des anciens et des nouveaux, des membres des différentes équipes de CGé se sont mis au travail pour repenser les valeurs, les priorités et les actions du mouvement.
On s’y est mis avec de vraies situations problèmes, avec des productions et des socialisations pour du vrai, en cohérence avec les valeurs défendues et les méthodes préconisées d’une part et les valeurs vécues et les méthodes utilisées d’autre part.
Les affiches viennent de là, de ce premier jour où on a travaillé sur l’échec scolaire, ses causes et ses conséquences. Avec cette question qui traverse le mouvement depuis plus de 40 ans : « Comment agir pour lutter contre l’échec scolaire ? » Le but de la production était de concevoir une affiche à envoyer dans les écoles pour affichage en salle des profs. Avec quelques consignes de forme (format, couleur, collage) et de fond (acceptabilité par les écoles et efficacité dans la lutte contre l’échec scolaire), du matériel de base (grande feuille, feutre et magazines), en avant : on discute, on coupe, on colle, on pond des slogans. Les objectifs de formation étaient, d’une part d’intégrer structures et cultures et, d’autre part d’allier politique et pédagogie avec comme ressources, des articles sélectionnés. On était dans du travail collectif : travail en sous-groupes, présentations communes, assemblée délibérative de sélection avec critères.


La 1 était la gagnante ! No comment !

On a fait appel à l’école de graphisme Saint-Luc à Liège pour transformer nos projets en affiches d’opinion dignes de ce nom ! Traduire un message complexe en affiche ça nécessitait, pour les étudiants, de comprendre la demande de CGé, de rechercher des pistes graphiques, de pouvoir communiquer et argumenter leurs productions, d’entendre et d’intégrer les réactions des clients (nous !) pour développer des solutions graphiques qui tiennent la tension entre interpeler les professeurs destinataires sans les dégouter.
Le workshop s’est déroulé en une journée, avec, aussi, un dispositif de travail collectif : des sous-groupes avec des étudiants, un prof de Saint-Luc et un militant de CGé ; des images commentées plutôt que des textes pour nourrir le concept d’affiche politique ; des allers et des retours entre le travail en binômes, en sous-groupe et en grand groupe avec des moments réflexifs pour relancer le travail. Une vraie ruche et le plaisir de voir comment avec technique et brio les étudiants s’emparent du message pour le traduire visuellement. On est loin de nos premiers jets !

À l’assemblée générale, les membres présents choisissent 3 affiches qui seront à diffuser et donnent mandat à un groupe pour assurer le suivi du travail. On se met autour de la table pour réfléchir à la diffusion et partager les responsabilités pour les tâches qu’il reste à faire. Dernière phase de travail avec les graphistes : obtenir les affiches avec les logos adéquats et une qualité d’image suffisante pour l’impression.
Nous sommes heureux d’aboutir à la présentation de cette production collective. Nous remercions les étudiants de 3e et leurs professeurs pour leur collaboration et leur talent de traducteur ! On espère que ces affiches [2] auront un impact, qu’elles réveilleront les consciences, qu’elles susciteront des débats dans les salles de prof, qu’elles feront changer l’école pour moins d’échecs scolaires.

La pédagogie est politique

notes:

[1Lire l’article de Jacques Cornet, « Au vert, CGé ! », dans le TRACeS 213

[2Ces affiches sont disponibles gratuitement à CGé