Accueil / Formations et conférences / Rencontres Pédagogiques d’été 2018 / La langue au regard des neurosciences : une chance pour tous

Joseph STORDEUR, orthopédagogue, formateur
Marylène BOLLE, institutrice maternelle, formatrice

Descriptif
Les recherches en sociologie de l’éducation (Lahire, Prost, Beautier, Millet, Croizet, ...) nous apprennent que solliciter la pensée personnelle de l’enfant pose problème dans la lutte contre l’échec scolaire parce que les activités basées sur cette pensée personnelle sollicitent trop les savoirs extrascolaires... et donc maintiennent et même accentuent les différences entre les enfants.
Il s’agira donc d’approfondir la distinction entre langage et langue :
– le langage comme activité de l’enfant qui se manifeste en production et en compréhension
– la langue comme système de signes organisés selon des règles partagées par un groupe social donné.
Nous proposons donc des activités centrées sur des objectifs cognitifs spéciques pour une meilleure maitrise de la langue tout en évitant les activités systématiques habituelles peu utiles pour améliorer le langage.

Méthode
À partir de l’appropriation active des connaissances de base sur le fonctionnement des neurones, nous découvrirons les principes et les méthodes qui pourraient vraiment aider les enfants à mieux comprendre, apprendre et mémoriser, aussi bien sous les aspects affectifs que cognitifs.
Nous illustrerons chaque découverte par des démarches pratiques dans les quatre domaines de la langue.
Les activités proposées sont adaptées pour le niveau fondamental (maternel, primaire), mais peuvent encore être pertinentes pour le début du secondaire.

Repères théoriques
Millet, M. & Croizet, J.-C. (2016) L’école des incapables ? La maternelle, un apprentissage de la domination : La Dispute. Ouzoulias, A. (2014). Lecture, écriture, quatre chantiers prioritaires pour la réussite : Retz.
Toscani, P. (sous la direction de). (2017). Les neurosciences de l’éducation, de la théorie à la pratique en classe. Lyon, France : Chronique Sociale.

Public
Enseignants du maternel au début du secondaire (tronc commun), des Hautes Écoles Pédagogiques et toute autre personne intéressée par le lien entre pratique de classe et fonctionnement neuronal.

Inscriptions
Retour au programme