Commandes & Abonnements

Partir d’eux, mais pour aller où ? On peut partir d’eux, de leurs demandes, de l’expression suscitée de leurs « besoins » pour n’aller nulle part. On peut partir de leurs représentations et s’y enfermer pour conforter des affirmations identitaires. On peut partir d’eux et y rester, camper dans le familier pour éviter l’exigence. On peut partir d’eux, des interprétations qu’on se fait de leurs manques, de leurs défauts, de leur mal être pour les corriger et les normaliser.
TRACeS de changements vous propose un tout autre chemin. Partir d’eux, de la logique de leurs erreurs, et leur donner les outils pour dé-re-construire. Partir d’où ils sont, de leurs soucis et pas de leurs demandes convenues. Partir d’eux et rester avec eux, les emmener ailleurs, loin, loin d’eux, sans les trahir. Partir d’eux, de leur distance à l’implicite scolaire et imposer à tous des consignes explicites et complexes. Un choix pédagogique difficile, un choix politique propre à renverser les hiérarchies…

Articles de cette rubrique

  • Sommaire 199

    Édito Dossier : Partir d’eux Faut pas toujours chercher à savoir où on va. Faut y aller (L. Miguel LLOREDA) Situer l’autre en partant de soi (Catherine JACMIN) S’approcher pour partir de lui (...)

    Suite...

  • Édito

    Il faut « partir d’eux »... Voilà que Traces fait dans le pédagogiquement correct maintenant, profère des prescriptions éculées, gluantes de bonnes intentions, bourrées d’inférences idéologiques (...)

    Suite...

  • Faut pas toujours chercher à savoir où on va.

    Faut y aller

    Une classe de 5e secondaire demande à travailler sur les prisons. À travers les cours de religion, de français et de sciences humaines, on commente des photos, lit des textes, on classe des idées, (...)

    Suite...

  • Situer l’autre en partant de soi

    Oser partir d’eux. Est-ce que je ne vais pas me perdre ? Ne vont-ils pas me raconter des carabistouilles, m’emmener là où je ne veux pas aller. Et comment je fais si cela déborde, si je ne peux pas (...)

    Suite...

  • S’approcher pour partir de lui

    Dan a 9 ans, il est en 4e année primaire dans une école d’enseignement fondamental. Je suis son institutrice depuis plus d’un an. Très vite, j’ai été frappée par certains de ses comportements et (...)

    Suite...

  • Partir, mais pas camper

    Dans la lettre du GEM au GFEN, Nicolas ROUCHE écrivait que « L’enseignement doit partir (mais pas camper) sur le terrain familier de l’élève et dans sa langue. » Il s’agit de faire chercher les élèves (...)

    Suite...

  • De l’en faire à l’enfer

    Le « partir d’eux » vaut de ce que valent les objectifs de l’enseignant.

    Il nous semble impératif de partir de ce que l’enfant est, connait et sait faire pour orienter nos choix de méthodologies, contenus, formes... Partir d’eux est une option pédagogique difficile, riche, (...)

    Suite...

  • Partir d’eux ? Mais de qui ? Pour faire quoi ?

    Mes recherches sur la construction des difficultés scolaires à l’école élémentaire et au collège conduisent à être prudent vis-à-vis des encouragements à « partir des élèves ». Comme c’est le cas pour (...)

    Suite...

  • Que vive la broussaille

    « Partir d’eux », enfants, adolescents, dans les écoles et ailleurs… Normés, pas du tout normés, plutôt prévisibles, tout à fait imprévisibles, scolaires, pas scolaires, à niveau, en retard, lisses, (...)

    Suite...

  • Apprendre en milieu populaire ?

    Aux yeux des élèves, que veut dire travailler, étudier, apprendre à l’école ? Pour y répondre, plusieurs chercheurs ont écouté de nombreux enfants et adolescents, observé leur travail. Dans cet article, (...)

    Suite...

  • Le dehors parle du dedans

    Partir de soi, aller loin, revenir différent… Une épopée qui prend son envol dans un cours d’alphabétisation : « On est comme le hibou. Quand on sort de l’école, on a les yeux et les ailes ouverts, on (...)

    Suite...

  • Martin, ses temps et ses conditions

    Pour ceux qui travaillent avec des enfants, la question des apprentissages est omniprésente. Des résultats sont attendus de tous. De tous, mais pas nécessairement des enfants avec qui nous (...)

    Suite...

  • Et les villes s’éclabousseraient de bleu (1)

    Selon les propos de Lorella Pazienza et Geert De Pauw recueillis par Noëlle De Smet

    Il y a peu, les maisons du groupe Espoir ont été inaugurées. Leur histoire est tout sauf habituelle : leurs habitants ont construit pas à pas un projet d’habitat collectif et sont peu à peu devenus (...)

    Suite...

  • Parler d’amour en classe : comment « passer à l’acte »

    « L’amour, qu’Allah te réconforte, commence en plaisanterie et s’achève gravement. » Voilà deux ans que quelqu’un a « tagué » cette phrase sur l’arrêt du bus Conforto de la TEC à Louvain-la-Neuve. Mais (...)

    Suite...

  • Le bonheur est dans le pré, cours-y vite, cours-y vite (1)

    Une classe de 18 enfants, 8 enfants en 3e maternelle, 10 enfants en 2e maternelle et une institutrice pratiquant la pédagogie Freinet avec beaucoup de plaisir depuis de nombreuses années. Notre (...)

    Suite...

  • La force de l’ensemble

    Le mariage des idées est toujours supérieur à leur juxtapostition. Dans ma classe verticale, qui rassemble des élèves de 8 à 12 ans, être à l’écoute de ce que les élèves ont à dire apporte à la classe (...)

    Suite...